Les mots d'Owen de Gilles Voirin

Titre du roman: Les mots d’Owen
Auteur: Gilles Voirin
Date de sortie: 
Editeur: Nombre7
Total de pages: 380
Genre: Littérature générale
Partenariat: Gilles Voirin
Prix: 19,90 € lien ici ou 9,99 € lien ici


Résumé:
«Katmandou, Garden of Dreams, 1er août 2018, Owen reçoit un mail inattendu de Juliette, son amie des années Lycée, ses pensées s’évadent et voltigent. Elles remontent le temps comme un funambule avance sur son fil. Qui est Owen ? Petit garçon à l’enfance improbable et adulte inachevé, Owen nous offre un univers d’émotions, avec des personnages profondément attachants, des moments de vie drôles, délicats ou éprouvants, mais toujours authentiques. De Katmandou à Cannes, en passant par Paris, impossible d’oublier ce petit bonhomme aux yeux bleus « couleur carrelage de la salle de bains ». Des émotions et des mots, posés sur les maux, comme autant de possibles et de pensables. Des mots qui ne s’effacent pas, comme le dit Owen lui-même : « L’oubli est passé devant moi comme une insulte qu’on ne dit pas ». Des mots pour se réfugier, pour se construire, et se perdre parfois pour mieux se retrouver ensuite : Les mots d’Owen. Dans ce récit à fleur de peau et de mots.»

Avis: 
Je viens de fermer ma liseuse et le seul mot qui me vient à l’esprit, c’est « wah ». Je tiens à remercier Gilles Voirin de m’avoir envoyé le roman, car sans quoi, comme je le dis dans mes partenariats, je ne l’aurais jamais lu. Je vais être honnête comme dans toutes mes critiques et écrire sur mon ressenti.

Pour résumer, c’est l’histoire d’Owen, un jeune homme, qui n’a pas eu une vie facile. Il a trois demi-frères, de pères différents et son père à lui ne l’a pas désiré. Il est parti bien avant sa naissance. Sa mère lui donne la vie et refuse de lui donner un nom, car elle ne veut pas d’un garçon, mais d’une fille Isabelle. Ce sera son aide-soignante qui lui trouvera un nom. Il grandit, avec pour seule famille, sa mère, qui ne pense qu’à trouver « l’homme ». On assiste à son évolution physique, social, mais aussi mental.

Je me suis sentie proche d’Owen, car c’est un garçon assez solitaire. Il se sent mieux avec des livres qu’avec des gens. Il est intelligent pour son âge et assez sage. Il n’a eu que comme modèle une mère assez égocentrique et un père inconnu. Il se rapproche de Juliette en primaire, qui restera son amie à jamais. Du côté amour, on ne sait que très peu de choses sur le sujet. Il n’est jamais tombé amoureux et a eu des relations sans lendemain. J’ai beaucoup aimé Juliette qui a une passion: elle croque tout ce qui lui inspire. J’ai adoré ce côté d’elle. Je me suis même demandée s’ils allaient finir ensemble… Tous les amis d’Owen m’ont touchée parce qu’ils sont tout un côté attachant et arrivent à un moment où Owen a besoin d’eux. Leurs venues sont magiques. Même si ce roman n’a rien de fantastique, j’ai trouvé beaucoup de moments magiques.

Quant à la fin… J’ai aimé cette fin qui allait bien avec ce roman. J’avoue mettre attendu à autre chose, mais je me suis dit que ma fin à moi était trop fleur bleue et ne collait pas au roman. Mais je n’ai pas été déçu, loin de moi !

Pour décrire le livre, je dirais que c’est un coup de coeur. J’ai eu du mal à le commencer parce que j’ai eu du mal à me situer dans les dates (moi et les dates ça fait deux). J’ai quand même réussi à me repérer et une fois que j’ai pris le coup de main, j’ai enchaîné les pages tels de la nourriture. Je me suis nourrie de ses pages dans les transports, chez moi et même à la fac. J’ai été conquis par la plume de Gilles Voirin et c’est en fermant les yeux que je lirais son deuxième roman si c’est dans ses projets. 

Commentaires