La planète des singes de Pierre Boulle

Titre du roman: La planète des singes
Auteur: Pierre Boulle
Date de sortie: 4 septembre 2001
Editeur: Famot
Total de pages: 250
Genre: Dystopie, Science-fiction
Prix: 11,01 € lien ici


Résumé:
«Y a-t-il des êtres humains ailleurs que dans notre galaxie ? C'est la question que se posUlysse Mérou, lorsque, de leur vaisseau spatial, ils observent le paysage d'une planète proche de Bételgeuse: on y aperçoit des villes, des routes curieusement semblables à celle de notre terre.
Après s'y être posés, les trois hommes découvrent que la planète est habitée par des singes.
Ceux-ci s'emparent d'Ulysse Mérou et se livrent sur lui à des expériences. Il faudra que le journaliste fasse, devant les singes, la preuve de son humanité....»



Avis: 
La planète des singes, un livre qui, de par le titre, ne m’intéressait pas. Je l’ai lu sans avoir lu le résumé. Je me suis jetée à l’eau comme un petit poisson. 
Le roman parle de deux protagonistes qui découvrent une bouteille avec une histoire à l’intérieur. 3 astronautes vont sur une planète encore peu connus. Leur but est de voir s’il y a une vie au-delà de la Terre. Il leur faut 2 ans afin de gagner la planète qui se nommera Soro. Elle est semblable à la Terre, mais la vie là-bas est très différente. Les singes sont les « humains » et les « humains » sont des singes… On suit donc l’histoire d’un des 3 astronautes qui se fait capturer. À travers ce roman, on voit les changements qu’il va apporter en bien ou en mal (à vous de découvrir)… 

J’ai adoré l’univers. Le fait que ça se passe dans une autre galaxie m’a fait réfléchir à plein de choses : comment sera le futur, est-ce-que les gens d’autres galaxies vivent comme nous ou bien différemment… Le fait que les singes sont au centre de l’attention montre qu’il nous considère comme des animaux au même titre que nous avec les singes et les animaux en général. Ils sont aussi curieux que nous. Ils font des tests sur les hommes, parlent, mangent, pensent, ont des corps de métier. Ils sont différents, mais dans un sens, pas tant que ça. C’est tout cela qui m’a plus.

Je ne me suis identifiée à aucun personnage, mais il y en a deux que j’ai beaucoup apprécié. Le personnage principal est futé, intelligent et surtout capable de s’adapter dans les pires situations. Je l’ai aimé parce qu’il a su faire preuve de sang-froid lorsqu’il était retenu contre son gré dans une prison et il a su être futé pour sortir et sauver sa peau. Il s’est défendu devant des êtres qui pensaient que cet homme n’était qu’un animal alors qu’il était bien plus. Zira est un personnage qui peut sembler froide, mais qui est capable de beaucoup plus par amour. Je me suis beaucoup attachée à elle. Elle a sauvé le prisonnier, car elle a fait confiance à son instinct, quitte à se mettre les autres à dos. Elle m’a ému.

J’ai beaucoup aimé le contexte aussi parce que c’est l’une des premières fois que je lis un roman qui parle d’espace et d’une vie au-delà de la Terre. La plume de l’auteur est précise et on rentre dans son univers assez facilement. Par contre, la fin ne m’a pas plus. Elle m’a un peu déçu. Quand je lisais les pages, je m’imaginais une fin géniale qui allait au-delà de mes rêves, mais j’ai vite compris qu’à trop rêver, on est parfois déçu… Au-delà de la fin, le roman est génial. Un coup de coeur…