Le salaire de la peur de Georges Arnaud

Titre du roman: Le salaire de la peur
Auteur: Georges Arnaud
Date de sortie: 12 octobre 2002
Editeur: Edition Famot
Total de pages: 254
Genre: Aventure, suspens
Prix: 4,79 € lien ici

Résumé:
« Ils ont été pris au piège de ce port sordide du littoral sud-américain, dans un décor de fin du monde.
Pour ces vagabonds des tropiques, aventuriers faméliques, criminels, il ne reste plus qu'à mourir sur place ou récolter quelques dollars pour fuir cet enfer. 
Quitte à y laisser leur peau, un Français et trois autres desperados acceptent une mission suicide : convoyer, sur des pistes impraticables, un camion hors d'usage chargé de nitroglycérine. 
Un camion qui prend des allures de destin. Commence alors une épopée de l'angoisse pure et de l'absurde... »



Avis: 
J'ai eu énormément de mal à me mettre dans ce roman. Ce n'est pas un roman que je lirais en temps normal. Je n'aime pas les romans à suspense où l'histoire tourne autour d'une mission. Je ne me suis pas arrêtée à cela. J'ai continué à lire. Je l'ai lu, car on m'en a fait cadeau. Même si le début est long, j'ai commencé à m'accrocher à ce livre quand l'action commence : quand les 4 chauffeurs ont été choisis et que la mission commence.

Pour résumé, 4 personnes choisies grâce à des tests vont prendre la route pour ramener un camion contenant de la nitroglycérine dans un autre lieu. Ces 4 personnes ne se connaissent pas et vont devoir risquer leur vie pour mener cette mission à son terme. La récompense, c'est beaucoup d'argent. Mais le problème est le suivant : la nitroglycérine est très dangereuse. Elle est instable, une seule goutte tombe en dehors et le camion explose : menant les 4 personnes à mourir. Est-ce que la vie vaut plus que l'argent ?  

Je ferai donc une petite chronique pour vous dire ce que j'en pense. J'ai réussi à m'attacher à deux personnages qui forme un duo : Sturner et Mihalescu. Ce sont deux hommes qui vont tenter leur vie pour ramener la nitroglycérine à bon port. Ils sont au coeur de l'histoire. J'ai vécu leurs histoires à travers leurs yeux et j'ai ressenti leurs peurs, mais aussi leurs courages et leurs volontés. Il y a aussi un autre duo présent dans le roman, mais il m'a moins marqué: Luigi et Bimba. 

Quand les 4 personnes ont pris la route, je n'ai pas réussi à lâcher le roman. Il y a sans cesse des revirements et c'est ça qui m'a fait tenir. Je ne vous dirais rien, de peur de tout dévoiler. 

J'ai eu du mal avec le style de l'auteur, car, d'un paragraphe à l'autre, il change de point de vue sans mentionner de qui il parle. Il parle aussi des personnages en nommant soit avec le prénom, soit avec le nom de famille, mais jamais avec les deux. À force, je me suis souvent perdue et j'ai dû relire la page à maintes reprises.

Pour finir, je suis assez dubitative. J'ai beaucoup aimé les personnages, l'histoire quand les 4 prennent la route et la fin qui est scotchante, mais pas aussi prévisible. Mais le style de l'auteur et le début de l'histoire m'ont quelque peu freiné et m'ont laissé un arrière-goût amer. Je dirais donc que je ne l'ai pas autant apprécié que cela. Dites-moi ce que vous en avez pensé si vous l'avez lu...